LA communauté sur la culture Geek et Japonisante qui ne se prend pas la tête ! (Japanim', Geekeries, Bakattitude et tout ce qu'il faudra pour t'amuser joyeusement !)

Le deal à ne pas rater :
Bon plan ASOS : code promo de 10%
Voir le deal

Casterman [Maison d'édition]

      
Partagez
Waha


Waha
Mes petites Infos

Informations générales
Mes petits Liens
Sur AnS :
Trouver tous les messages postés par Waha Voir tous les messages Sur la toile :
http://www.akihabara-no-baka.com  
# Casterman [Maison d'édition] - Posté le Mar 26 Jan 2016 - 0:29




Casterman





# Bloc Technique
Création : 1780 à Tournai
Dates clés : 1999 : rachat par le groupe Flammarion1
Fondateur : Donat Casterman
Statut : Éditeur élément d'un groupe d'édition
Siège social : Bruxelles
Direction : Teresa Cremisi (PDG de Flammarion)
Collections : Ligne rouge, Ligne d'horizon, Ligne de vie, Un monde, Écritures, Sakka, Rivages/Casterman/Noir
Titres phares : Les Aventures de Tintin et Milou, Martine
Langues de publication : Français/Néerlandais
Diffuseur : Flammarion Diffusion
Société mère : Groupe Madrigall
Site officiel : www.casterman.com
Principaux concurrents : Dupuis, Dargaud




# Description reprise sur Wikipedia
 
Le fondateur, Donat Casterman, s'installe comme libraire-relieur en 1776 à Tournai. Il devient éditeur peu après et ensuite imprimeur. Durant tout le xixe siècle, l'édition développe un important catalogue, largement dédié aux publications religieuses ou édifiantes et aux ouvrages destinés à la jeunesse, en particulier les livres de prix. L'impression et la reliure sont assurées dans les ateliers tournaisiens qui occupent une à deux centaines de personnes.

En 1856, Henri Casterman crée une filiale à Paris dans le quartier Saint-Sulpice au 20, rue de Tournon, ce qui permettra un fort développement des affaires en France. À la suite du décès des deux dirigeants, l'entreprise prend la forme d'une société anonyme en 1907.

Dans l'entre-deux guerres, les affaires se développent fortement dans les deux départements, Édition et imprimerie ; cette dernière se tournant désormais vers une clientèle extérieure d'éditeurs français (Hatier, Michelin...) et d'annuaires (téléphone, chemin de fer...).

En 1934, avec Les Cigares du pharaon, Louis Casterman prend le relais pour la publication en albums des aventures de Tintin qu'Hergé auto-éditait jusqu'alors en partenariat avec son mentor l'Abbé Wallez. À partir de 1942, avec L'Étoile mystérieuse, Casterman publie les nouveautés d'Hergé en couleurs sur 62 pages, en une présentation qui deviendra le standard des bandes dessinées publiées ultérieurement. En quelques années, sortent les versions remaniées et en couleurs des aventures publiée initialement en noir et blanc.

Fort du succès remporté par les bandes dessinées de Hergé, Casterman propose bien vite de nouvelles séries d'aventures : Petzi de Vilhelm et Carla Hansen, Alix et Lefranc de Jacques Martin ou Chevalier Ardent de François Craenhals.

Le catalogue de livres illustrés pour la jeunesse s'élargit très fortement lui aussi. La série Martine, illustrée par le Tournaisien Marcel Marlier, connaît un succès mondial considérable.

Dans les années 1970, Casterman décide de conquérir un lectorat de BD plus adulte en proposant les premiers albums de Corto Maltese d'Hugo Pratt, en 1973 et en créant la revue de bande dessinée (A SUIVRE) en 1978. Cette dernière fut à l'origine d'un catalogue d'auteurs prestigieux tels Tardi, Schuiten, Geluck, José Muñoz, Loustal, Mattotti, etc.

Dans les années 2000, le département bande dessinée enrichit son catalogue avec l'arrivée d'auteurs tels que Régis Loisel et Enki Bilal, la création de la collection "Écritures" (qui publie des auteurs étrangers tels que Craig Thompson et Jirö Taniguchi, mais aussi des Français comme Catel et Bocquet ou Charles Masson), de la collection de mangas "Sakka" et de la collection KSTR où paraissent les premières œuvres de Bastien Vivès.

Casterman Éditions fait partie depuis 1999 du groupe Flammarion, lui-même racheté par Gallimard en 2012. L'imprimerie Casterman fait, quant à elle, partie du Groupe EVADIX depuis fin 2002 et a été rebaptisée Casterman Printing.

En février 2013, Charlotte Gallimard, déjà à la tête des éditions Alternatives, est nommée par son père Antoine Gallimard, PDG de Casterman, en remplacement de Louis Delas. Les directions éditoriales sont partagées entre Céline Charvet pour le département jeunesse et Benoît Mouchart pour le département bande dessinée.

Le dernier éditeur de la lignée des Casterman est Simon Casterman, toujours en activité.





 

 
Waha


Waha
Mes petites Infos

Informations générales
Mes petits Liens
Sur AnS :
Trouver tous les messages postés par Waha Voir tous les messages Sur la toile :
http://www.akihabara-no-baka.com  
# Re: Casterman [Maison d'édition] - Posté le Mar 26 Jan 2016 - 0:32




Augmentation des prix chez Casterman

 

 
Les titres affichant le code prix SA35 (Sangsues, Area 51, La Cité des esclaves...) sont passés de 7,95€ à 8,45€.

Wladimir Labaere, le responsable éditorial de la collection Sakka de Casterman a écrit:Tout d’abord nous sommes sincèrement désolés que les lecteurs aient appris ce changement de prix en arrivant à la caisse de leur libraire. Il s’agit d’une augmentation mécanique que Casterman aurait dû annoncer en amont afin que les lecteurs qui le voulaient puissent se procurer avant le 1er janvier les tomes des séries auxquelles le code-prix SA35 est affecté.

Voici ensuite quelques éléments expliquant cette augmentation de 0,50 € : le code-prix SA35 n’avait pas bougé depuis janvier 2013, soit trois ans, ce qui représente un effort considérable de la part de Casterman sachant que, comme partout ailleurs, les coûts de production ne vont pas en baissant, bien au contraire (adaptation graphique, prix du papier, impression, stockage, distribution, la liste est longue). En outre, et c’est sans doute le point qui mérite le plus d’être souligné, cette augmentation était nécessaire au maintien des standards de qualité de Casterman en matière d’édition et de fabrication. Il était hors de question que nous proposions des mangas dont la qualité aurait été en deçà de nos exigences. Enfin, même réévalué, ce code-prix est loin de placer les mangas de la collection Sakka parmi les plus chers du marché sur le segment du seinen.

Nous sommes conscients que le budget des lecteurs n’est pas extensible. Mais, encore une fois, cette augmentation répond à une nécessité et a été calculée au plus juste afin de trouver un équilibre, toujours délicat, entre prix de vente et richesse de l’expérience de lecture. Qu’il s’agisse du choix des séries ou du soin apporté à leur édition francophone, nous sommes déterminés à proposer des mangas uniques, comme on n’en voit que trop peu sous nos latitudes, mêlant divertissement de haute volée et identité artistique forte.



 

Source : manga-news